Projet

Afficher tout / Cacher tout

répertoire des faq

Mais on ne voit pas les Palafittes ?

Les Palafittes sont un «bien culturel invisible» dont le potentiel ne se dévoile qu'au terme de fouilles scientifiques et de recherches minutieuses portant sur des détails en eux-mêmes peu spectaculaires. Pour l'inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, peu importe en fait qu'un bien soit visible ou pas. Les Palafittes seraient le premier bien culturel subaquatique du patrimoine mondial, ce qui est plutôt favorable à leur candidature. Certes, il est important de rendre les Palafittes davantage visible en tant que patrimoine culturel des pays de l'espace alpin - par exemple grâce aux musées. Mais le potentiel scientifique des Palafittes et leur portée historique et culturelle sont des arguments plus importants qu'une optimisation de leur mise en valeur marchande.

répertoire des faq

Qui finance ce projet ?

L'UNESCO ne participe financièrement ni aux sites figurant sur la Liste du patrimoine mondial, ni aux candidatures. Elle se contente pour ainsi dire d'accorder le label tant convoité. La candidature des Palafittes est soutenue par les contributions de l'Office fédéral de la culture et des cantons participants. Par ailleurs, outre les contributions versées par la France, l'Allemagne, l'Italie, la Slovénie et l'Autriche, des sponsors privés et des fondations participent à ce projet.  

 

répertoire des faq

Quelles seront les retombées du projet ?

Ce projet est une chance pour les régions participantes; le label de l'UNESCO est très convoité et bénéficie d'une grande considération au niveau international. En effet, la culture est aussi un aspect non négligeable de la mise en valeur régionale. Grâce à des mesures adaptées (par ex. panneaux d'information, interventions médiatiques, etc.), il est possible de rendre visible ce patrimoine extraordinaire. Les musées déjà existants attireront un public plus important, on peut même envisager la construction d'un nouveau musée en un endroit approprié. La mise en réseau de nombreux sites, par ex. par la création d'un chemin didactique des Palafittes, favorisera la découverte par le public de lieux d'ordinaire situés à la périphérie des centres d'intérêt touristiques. Les Palafittes sont en effet les meilleurs porte-parole d'un tourisme durable. Enfin, ce projet alimentera également la mise en réseau internationale et les échanges entre services archéologiques, musées, etc. des différents cantons et pays participants.